Eterna Kon-Tiki

En 1958 Eterna a sorti le modèle Kon-Tiki pour marquer le succès de l'expédition du même nom menée un an auparavant par l'anthropologue Thor Heyerdahl. Ce dernier avait demandé à Eterna de lui fournir une montre particulièrement résistante pour l'accompagner dans son aventure maritime entre le Pérou et les îles polynésiennes.

Dès lors les modèles "sport" de la marque Eterna feront partie de la collection Kon-Tiki, comme par exemple plusieurs modèles de montres de plongée.

Commençons par revenir un petit instant sur l'histoire passionnante de Thor Heyerdahl et de l'expédition du Kon-Tiki.


Historique

Thor Heyerdahl est norvégien, très tôt il manifeste un intérêt certain pour les beautés de la nature et il étudie la zoologie à l'université d'Oslo. A la recherche d'une expérience de vie proche de la nature c'est en 1937 qu'il débarque avec sa jeune épouse sur une île des Marquises afin d'y étudier les spécimens zoologiques. Il découvre alors les contes et histoires indigènes et en particulier celle d'un certain Tiki, chef-dieu, fils du soleil, considéré comme l'ancêtre mythique du peuple polynésien. Tiki serait venu par la mer depuis un pays lointain situé à l'Est.

Plusieurs années passent avant que Thor retrouve l'histoire de "Kon-Tiki", qui signifie "roi-soleil" dans un ancien dialecte péruvien. Pourchassé par ses ennemis, Kon-Tiki à la tête d'une peuplade originaire de la région du lac Titicaca, décide de fuire par la mer avec ses troupes, femmes et enfants en direction de l'Ouest. Pour Thor Heyerdahl ces deux dieux ne sont qu'un seul et même personnage, originaire des Andes et parti à la découverte du Pacifique.

En 1941 il publie son premier article sur la théorie qu'il va développer dans les décennies suivantes, "Did polynesian culture originate in America?" qui est paru dans la revue International Science. L'article suggère que les Îles polynésiennes ont été colonisées non seulement par des populations d'origine asiatique mais également par des "navigateurs" venu d'Amérique latine. Ces conclusions se basent à la fois sur les similitudes dans les contes et légendes indigènes mais également sur une étude des vents et courants marins.

Après la seconde guerre mondiale Thor Heyerdahl publie d'autres manuscrits et il se rend aux Etats-Unis. Sa théorie est très contestée, en particulier, les chercheurs opposent généralement ses arguments à ceux de S. K. Luthorp qui concluait en 1932 que les embarcations de l'époque, des radeaux de balsa, auraient absorbé l'eau et coulé bien avant d'atteindre les terres polynésiennes.

Thor Heyerdahl a alors décidé de relever le défi et de mettre sur pied une expérience d'archéologie expérimentale afin de vérifier la flottabilité des radeaux de balsa et valider l'explication sur les vents et courants sensés avoir propulsé des indigènes d'Amérique du Sud jusqu'en Polynésie.

Il a donc fait construire un radeau avec les techniques ancestrales constitué de bois de balsa assemblé à l'aide de lianes (pas de clous ni rivets). Cette embarcation, nommée Kon-Tiki, était équipée d'une voile et disposait d'une petite cabane afin de protéger les aventuriers des rudes conditions d'une traversée océanique.

A l'heure du départ les réactions étaient très mitigées, le ministre péruvien de la Marine fait signer une décharge qui exonère la Marine de toute responsabilité sur l'avenir de l'embarcation et de ses occupants. De nombreuses personnalités tentent de dissuader Thor de prendre le départ et l'ambassadeur de Norvège offre une bible pour le voyage.

L'équipage était composé de Thor et quatre compatriotes norvégiens ainsi qu'un Suédois. Ils embarquent, sans matériel de navigation moderne à l'exception d'un petit canot de sauvetage et d'une radio. Ils emportent également une montre pour laquelle Thor avait sollicité Eterna afin de lui fournir un modèle particulièrement résistant.

Kon-Tiki et son équipage

Le 28 avril 1947 le Kon-Tiki quitte le port de Callao, il est remorqué jusqu'au large pour éviter les collisions avec les autres navires puis il navigue à toute allure vers l'Ouest à travers le Pacifique. Une longue perche en bois de manguier fait office d'aviron pour tenir le cap. Jamais le radeau n'a perdu sa flottabilité malgré les vagues et tempêtes qu'il a du affronter.

Après 101 jours de mer et un périple de 4300 milles nautiques, la terre apparaît à l'horizon. Il s'agit de l'archipel des Tuamotu-Gambier. Le radeau s'échoue finalement sur un récif de l'atoll de Raroia; à part les avaries dues à ce dernier incident le radeau est en parfait état de navigation et l'équipage est indemne. Le Kon-Tiki sera récupéré et on peut aujourd'hui l'admirer au musée qui lui est consacré à Oslo.

Parcours du Kon-Tiki (1947)

Le succès de l'expédition du Kon-Tiki réfute ainsi les arguments des opposants à la théorie de Thor Heyerdahl. Néanmoins le sujet reste très controversé et de nombreux scientifiques continuent de mettre en doute l'expérience du Kon-Tiki ainsi que la possibilité d'influences culturelles entre l'Amérique du Sud et la Polynésie, telle que décrite dans la théorie de l'anthropologue.


Le Kon-Tiki II

Durant l'été 2006 une équipe comprenant le petit fils de Thor Heyerdahl a rééditer l'exploit en traversant le pacifique sur le Kon-Tiki II, une embarcation construite à l'identique qui a rallié le Pérou à l'atoll de Raroia en 72 jours seulement. Cette nouvelle expédition était soutenue par Eterna et les membres d'équipage portaient évidemment une "KonTiki".


Modèles

Eterna a mis environ 10 ans pour sortir le premier modèle qui célèbre l'exploit de Thor Heyerdahl, c'est en 1958 que la KonTiki est commercialisée. Elle se caractérise par son boîtier acier, étanche, des aiguilles facilement lisibles et un cadran muni d'index triangulaires luminescents. Ce modèle particulièrement résistant et fiable a équipé certaines armées, c'était également la montre des commandos israéliens dans les années 70s.

En 2006 Eterna a décliné le concept sous la forme d'une GMT KonTiki ainsi que d'un modèle de plongée. Eterna produira également des KonTiki Quartz.

Voici, ci-dessous, une liste des modèles standards (hors chrono, quartz,...). Merci de nous écrire pour compléter/corriger cette liste.

 



Le livre et le film

Après ce voyage Thor écrit un livre "L'expédition du Kon-Tiki" dans lequel il relate les aventures vécues à bord. Le livre est publié en 1951 et il a un énorme succès auprès du public international. Le récit met en avant le côté aventureux de l'expédition et occulte partiellement les fondements scientifiques du projet. Le film a également reçu un accueil très enthousiaste et il a remporté l'Oscar du meilleur documentaire en 1950.

Voir le documentaire L'expédition du Kon-Tiki.

Par la suite Thor a publié de nombreux ouvrages et articles sur cette expédition, scientifiquement plus profonds, ils ont continué à susciter le débat parmi la communauté scientifique.

 



Quelques références pour aller plus loin

Liens: le modèle KonTiki sur le site officiel de Eterna
Enchères: occasions KonTiki

1958

Calibre: 1412 UD
Remontage: automatique
Diam.: 34mm

Un médaillon en or, représentant le Kon-Tiki, était encastré dans le fond du boîtier.
Etanche à 100m.

Estimation: ? (en fonction de l'état).

Modèle dame avec calendrier

1973

Calibre: ETA 2824-2
Remontage: automatique
Diam.: 44mm

Edition limitée à 1973 exemplaires, réplique du modèle de plongée original.

Estimation: ~3200 CHF

2004

Calibre: ETA 2836-2
Remontage: automatique
Diam.: 42mm

Réserve de marche: 42h, 28800 alternances/heures, quantième.
Existe avec cadran argenté.

Estimation: ~2450 CHF

2006

Calibre: ETA 2836-2, avec module dateur exclusif
Remontage: automatique
Diam.: 44mm

Quatre aiguilles XXL. Bracelet cuir ou acier.

Estimation: ~2100 CHF

2008

Calibre: Eterna 3010
Remontage: automatique
Diam.: 40 mm

Le modèle qui célèbre les 50 ans de la KonTiki, 48h de réserve de marche. Boîtier en or rose 18 carats, satiné et poli. Fond vissé avec médaillon KonTiki.

Estimation: ~18'000 CHF

2009

Calibre: Stellita SW200
Remontage: automatique
Diam.: 42mm

Réserve de marche : 38 h, 28800 alternances/heures

Estimation: ~2250 CHF

2011

Calibre: Stellita SW200
Remontage: automatique
Diam.: 42mm

Cadrans noir, bleu ou blanc avec contours de l'atoll de Raroia au centre. Fond vissé avec médaillon KonTiki; couronne vissée; étanche jusqu'à 200 m/ 20 bars.

Estimation: ~2600 CHF

 

SUIVEZ-NOUS



Copyright SuisseMontre.com 2009 - 2017